#BrunschvicgPCPO 2: homo faber et homo sapiens

L'horreur islamique à l'âge des ténèbres ن

Continuons à lire « Le progrès de la conscience dans la philosophie occidentale », après:

https://horreurislamique.wordpress.com/2015/01/01/brunschvicgpcpo-debut-dune-aventure-didees/

et

https://horreurislamique.wordpress.com/2015/01/03/brunschvicgpcpo-1-la-reaction-contre-le-rationalisme/

Nous lisons l’introduction au livre, qui est ici:

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/progres_conscience_t1/progres_conscience_t1_intro.html

J’ai parlé hier dans l’article:

https://horreurislamique.wordpress.com/2015/01/17/une-petit-joyau-galilee-descartes-une-autre-representation-du-monde-est-elle-possible-emission-repliques-du-22112008/

de l’opposition, fondamentale chez Brunschvicg entre homo faber et homo sapiens (ce dernier terme ne signifie pas la même chose que pour la théorie de l’évolution, selon laquelle nous serions tous des homo sapiens), voici un texte plus précis dans l’introduction à PBPO:

« La réflexion des Dialogues se réfère, non seulement à Socrate qui les emplit de son souvenir, mais à l’ensemble des spéculations antésocratiques et particulièrement au pythagorisme. C’est au pythagorisme surtout que l’hellénisme a dû la création de la méthodologie mathématique, c’est-à-dire l’apparition de l’homo sapiens, entendu, non au sens ordinaire de l’anthropologie par opposition à l’animal, mais dans sa pleine acception qui l’oppose à l’homo faber des sociétés orientales : « Dans tous les domaines…

View original post 1 397 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s